Accueil 2017-04-21T08:56:42+00:00

logo gènes avenir

L’offre reproduction / sélection adaptée à vos besoins

Contexte

L’organisation du dispositif génétique pour les races caprines Alpine et Saanen a été élaborée en 1992 sous le nom « Programme GENES+ ». Ce projet a permis à l’organisme de sélection CAPGENES, associé aux organismes responsables du contrôle de performance et de l’insémination, de mettre en place un programme de sélection très efficace, de développer des actions communes et concertées pour assurer un meilleur service aux éleveurs et de renforcer leur collaboration.

Avec la restructuration de la filière caprine (moins d’éleveurs avec plus de chèvres), les évolutions techniques (Lactocorder, Spectre MIR, Informatisation, Génomique à venir) et réglementaires (futur Règlement Zootechnique Européen), le principe d’un contrat proposant une prestation unique réservée aux créateurs de génétique est un frein. De plus, ces éleveurs ont le sentiment de supporter financièrement la totalité du programme de sélection.

Objectifs

  • Développer une nouvelle offre reproduction-sélection modulable en fonction
    des besoins des éleveurs et de la filière

  • S’adresser à tous les éleveurs caprins et les impliquer dans le programme

  • Clarifier le contenu et le coût des services en fonction du degré d’implication

  • Présenter l’intérêt économique de l’investissement génétique

  • Améliorer la complémentarité des réseaux de techniciens

Valeurs

  • Mutualisme

  • Innovation

  • Personnalisation

  • Réactivité

  • Collectif

  • À l’écoute des besoins

Contenu et calendrier de mise en oeuvre

2017

  • Filiation et connexion : améliorer le taux de filiation dans les élevages caprins pour rendre le levier génétique-reproduction plus efficace

  • Contrôle de performances : donner progressivement de la souplesse dans la mise en oeuvre du contrôle de performances à des fins génétiques

  • Offre reproduction : satisfaire les besoins reproduction des élevages quel que soit le mode de reproduction.

  • Fertilité : disposer d’un outil de bilan reproduction identifiant les facteurs de réussite

  • Reproducteurs : mieux valoriser la génétique produite par les éleveurs impliqués dans le schéma

2018

  • Organisation des accouplements programmés pour produire les futurs mâles d’IA et les futures mères à boucs

  • Plan d’accouplement optimisé

  • Nouveaux engagements au travers de contrat génétique (éleveurs et structures partenaires)

  • Intégration progressive de la génomique

Un mot des présidents

Ce travail est le fruit de deux ans de réflexion entre :

  • les éleveurs caprins engagés dans le programme de sélection Gènes+
  • les structures accompagnant les éleveurs dans le suivi reproduction et génétique de leur troupeau : techniciens, directeurs et éleveurs élus des Entreprises de Conseil en Élevage, Entreprises de Mise en Place et Capgènes.
  • les structures de recherche et développement : Institut de l’Élevage et INRA
  • les représentants de la filière : FNEC, ANICAP
  • les coopératives et l’industrie laitière

Il s’est structuré dans le cadre de la Commission Caprine de France Génétrique Élevage sous l’impulsion de Capgènes.

L’organisation du dispositif génétique pour les races caprines Alpine et Saanen a été élaborée en 1992 sous le nom de « Programme GENES+ ». Ce projet a permis à l’organisme de sélection CAPGENES, associé aux organismes responsables du contrôle de performance (ECEL) et de l’insémination (EMP) de mettre en place un programme de sélection très efficace au niveau national mais aussi reconnu à l’international (exportation d’animaux, de semences caprines et de savoir faire dans plus de 40 pays tous les ans) :

Depuis 25 ans, il n’a de cesse de proposer des avancées en génétique caprine :

  • amélioration génétique continue sur la quantité de lait et les taux.
  • Les primipares suivies en CLO sont passées de de 580 kg de lait en 1992 à 850 kg de lait aujourd’hui soit une augmentation de 50% de leur potentiel laitier.
  • De plus, la qualité des mamelles a fait des progrès considérables depuis la mise en place de l’index morphologique caprin.
  • Plus récemment, la génétique a aussi investi la santé

Ce programme a aussi permis de développer des actions communes et concertées pour assurer un meilleur service aux éleveurs et renforcer la collaboration des structures.

Vous, les éleveurs et vous, les techniciens caprins avez été sollicités pour proposer un nom à ce futur programme et celui-ci sera dévoilé au cours de cette présentation.

Geneviève BARAT, Présidente de la commission caprine de France Génétique Elevage

La filière caprine est en pleine restructuration :

  • Moins d’éleveurs avec plus de chèvres
  • Des évolutions techniques ont été mises en place :
    • Lactocorder pour le contrôle de performance génétique en caprin
    • le Spectre Moyen Infra-Rouge pour prédire la composition du lait
    • l’Identification électronique et l’Informatisation des éleveurs
    • l’arrivée imminente de la Génomique dans notre filière.

Enfin, la réglementation européenne évolue avec le futur Règlement Zootechnique Européen qui impactera le rôle et les missions de vos organismes.

Le principe de prestation unique proposant une offre réservée aux créateurs de génétique est peut-être désormais un frein pour le développement des adhésions au schéma. Le futur programme veut lever cette contrainte en s’appuyant sur des valeurs fortes.

Il se veut à l’écoute des besoins de la filière en développant une nouvelle offre reproduction-sélection modulable en fonction des objectifs des éleveurs. Nous souhaitons nous adresser à tous les éleveurs caprins et nous voulons les impliquer de plus en plus dans le programme de sélection.

Il se veut mutualiste pour que tous les éleveurs caprins français aient accès au schéma de sélection quel que soit leur territoire ou leur type d’élevage.

Il se veut innovant en initiant et participant à de nombreux programmes de recherche en génétique et en reproduction autour des caractères de production, de santé, de longévité…

François Perrin, Président de Capgènes l’organisme / entreprise de sélection caprin français

L’organisation professionnelle génétique et reproduction, depuis l’enregistrement des données jusqu’à la diffusion du progrès génétique en passant par l’indexation et le schéma de création s’appuiera sur un projet national, cohérent et mutualisé. Il garantira aux 5 grands bassins de production de lait caprin, l’autonomie nécessaire à son efficacité. L’enjeu est de couvrir tout le territoire national avec la même qualité de services.

Dès 2017, les leviers prioritaires pour mettre en place un schéma performant seront renforcés. Nous accompagnerons les éleveurs au travers de 4 actions :

  • L’amélioration de la filiation du troupeau caprin est un premier défi à Avec seulement 40% des chèvres filiées, l’efficacité du schéma génétique est moins importante avec des pertes potentielles de production pour chaque éleveur. En passant de 40% à 60% de chèvres filiées dans les troupeaux adhérents au schéma, ce serait 500 000 litres de lait en plus au bout de 3 ans. Les liens généalogiques entre les cheptels permis par la filiation et la présence de filles d’IA dans les troupeaux est le gage d’une évaluation génétique précise et performante.
  • Le second levier s’appuie sur une amélioration de la maitrise de la reproduction dans les élevages La formation des conseillers à l’accompagnement «reproduction-génétique» et la mise en place d’un bilan fertilité pour tous les éleveurs en contrôle de performances permettront d’identifier les facteurs clés de la réussite de la reproduction. Les Entreprises de mise en place développent en plus de ce bilan une nouvelle offre de service articulée autour de 4 axes :
    • Une meilleure organisation de la reproduction
    • Une meilleure maitrise de la fertilité
    • Une meilleure gestion du chantier de reproduction
    • Une meilleure formation des agents techniques et des éleveurs
  • Le troisième levier concerne le contrôle de performances à des fins génétiques : France Conseil Elevage dans le cadre de France Génétique Elevage a initié des évolutions dans les méthodes de calcul des Ces évolutions développées par l’institut de l’élevage apporteront plus de souplesse dans l’organisation du contrôle de performances tant au niveau de la fréquence des passages qu’au niveau du moment du passage dans la journée.
  • Le dernier des leviers consiste à améliorer la diffusion du progrès génétique créé collectivement par une plus grande utilisation de l’Insémination Animale (meilleur vecteur de progrès génétique qui apporte des garanties sanitaires très élevées) et par une meilleure valorisation des reproducteurs et des reproductrices produits par les éleveurs impliqués dans le schéma.
Jean-Yves Rousselot, Président de la Commission Caprine de France Conseil Élevage

Besoin de plus d’informations ?